Passer au contenu
 
EN
 

Mes conseils • 09 novembre 2020

La PCU et ses impacts fiscaux

Voici ce que vous devez savoir.

S’il y a une seule chose sur laquelle plusieurs personnes se sont entendues dernièrement, c’est la particularité de l’année 2020. La pandémie de COVID-19 a affecté la vie des Canadiens de différentes manières. Certains ont vu leur santé impactée, d’autres ont dû changer leurs habitudes de consommation pour mieux se préparer à demain, tandis que plusieurs personnes ont fait face à des épreuves difficiles, en raison de la perte de leurs revenus. Afin d’aider les personnes touchées directement par la pandémie, le gouvernement du Canada a mis en place des programmes, notamment la Prestation canadienne d’urgence, plus connue sous le nom de PCU, qui a permis de verser 81,64 milliards de dollars aux 8,90 millions de Canadiens l’ayant demandée1 au cours des derniers mois. Si vous avez perçu la PCU cette année, il y a quelques points importants concernant ses impacts fiscaux que vous devriez savoir. 

D’abord, la PCU est une prestation imposable, et ces impôts n’ont pas été prélevés sur les montants que vous avez reçus de la part du gouvernement. Avez-vous mis de côté une partie de ces versements ? Si la réponse est oui, bravo ! Sinon, il est temps de vous préparer pour éviter d’avoir une mauvaise surprise et une importante facture que vous pourriez avoir à payer dans le cadre de votre déclaration de revenus 2020, surtout au cas où aucun allégement ne serait possible.

La manière dont la PCU et vos revenus peuvent influencer votre épargne : 
Le montant que vous devrez rembourser à l’Agence du revenu du Canada (ARC) le printemps prochain dépend de votre situation et de vos revenus perçus en 2020. Si vous êtes un étudiant ou un salarié ayant gagné moins que le revenu minimum imposable en 2020, vous n’aurez pas d’impôt à payer. Cependant, si vous avez eu des revenus annuels imposables, il est important d’estimer le montant d’impôt que vous devrez payer, en prenant en considération vos revenus avant la PCU, les versements de la PCU et une estimation de vos revenus d’ici la fin de l’année. Par exemple, si vous avez eu un salaire de 15 000 dollars et des versements de la PCU de 14 000 dollars en 2020, au taux marginal de 27,5 %, cela pourrait représenter une somme de 3 850 dollars d’impôt. Si des retenues à la source ont été faites en début d’année par votre employeur, cela réduirait bien évidemment ce montant, précise Pierre-Raphaël Comeau – Conseiller Expert, Gestion de Patrimoine et planificateur financier BLCSF. D’où l’importance de mettre de l’argent de côté. Comme la situation de chaque personne est différente, n’hésitez pas à en parler à votre comptable ou conseiller afin d’avoir une meilleure idée du montant que vous serez susceptible de devoir payer dans quelques mois.

La bonne nouvelle, c’est que plusieurs solutions sont disponibles pour vous éviter une difficulté financière imprévue :

  • Bonifiez votre épargne ! Pensez à ouvrir un nouveau compte épargne où vous pourrez mettre de côté de petits montants de vos revenus. C’est l’occasion de mettre en place une bonne habitude d’épargne, surtout si vos dépenses ont diminué ces derniers mois. Vous pouvez également demander à mettre en place un plan d’épargne systématique pour vous simplifier la vie. 
  • Cotisez à votre REER afin de payer moins d’impôt et de bien préparer votre retraite. Prenez rendez-vous avec votre conseiller afin de trouver la meilleure stratégie d’investissement qui sera adaptée à votre situation financière.  
  • Faites participer votre employeur. Si vous revenez au travail après avoir bénéficié d’un des programmes gouvernementaux, vous pouvez demander à votre employeur de retenir un peu plus d’impôt sur votre paye. Cela pourrait réduire ou même éliminer le montant à payer en 2021.
  • Maximisez vos déductions et crédits d’impôts pour réduire le solde à payer en 2021. Pensez à demander un crédit d’impôt pour vos frais médicaux remboursables, vos frais de scolarité admissibles, vos dons, etc.

La période d’admissibilité à la PCU s’est terminée le 26 septembre2, mais d’autres programmes gouvernementaux l’ont remplacée afin de soutenir les personnes dont l’emploi a été touché par la COVID-19. Ces programmes sont notamment la nouvelle assurance emploi, la Prestation canadienne pour la relance économique (PCRE), la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) ou encore la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants (PCREPA). Ils permettront à plusieurs Canadiens de surmonter les difficultés financières causées par cette deuxième vague de la pandémie. Même si des retenues à la source sont faites sur les montants reçus de ces prestations, elles pourraient ne pas être suffisantes, dépendamment de tous les revenus que vous aurez perçus d’ici la fin de 2020. Il est donc très important de bien gérer vos finances pour ne pas avoir de surprises le printemps prochain. Votre conseiller de la Banque Laurentienne du Canada est là pour en discuter avec vous et vous proposer des conseils.

Sources : 

1. https://www.canada.ca/fr/services/prestations/ae/reclamations-rapport.html 
2. https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/prestations/faire-demande-pcu-aupres-arc/periodes-admissibilite.html
3. https://www.canada.ca/fr/services/prestations/covid-19-prestations-urgence.html

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

  • Cinq conseils pour ne pas payer plus que votre juste part d’impôts. À lire
  • Des objectifs en vue ? Pensez à épargner de façon continue. À lire
  • Comment se porte votre santé financière ? À lire

Articles populaires

Mes conseils

Projet en vue : la propriété intergénérationnelle

05 août 2020

Mes outils

Faire sa part pour l'environnement en réduisant sa consommation de papier

26 septembre 2019

Ma banque 100 % Conseil

La force d'une équipe-conseil

18 décembre 2019

Mes conseils

Série Investissements - Comment tirer profit de votre REER

11 février 2020

Mes outils

Mettre de l'ordre dans ses finances personnelles

09 octobre 2019