Passer au contenu
 
EN
 

Mes conseils • 03 décembre 2020
modifié le 26 janvier 2021

4 bonnes raisons de cotiser à votre CELI

Épargnez de façon efficace.

Épargner pour des projets à moyen terme, se constituer un coussin de sécurité, compléter son épargne-retraite, commencer à épargner dès 18 ans, continuer à épargner même après 71 ans… Il y a toujours une bonne raison pour ouvrir un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et y cotiser. Instauré en 2009, le CELI est un outil d’épargne intéressant et flexible, car il vous permet d’accumuler et de retirer de l’argent sans avoir à payer d’impôt sur les rendements. Vous vous demandez si le CELI est le bon choix pour vous ? Voici 4 bonnes raisons d’y croire :

  1. Épargnez à l’abri de l’impôt pour une rénovation de maison, un voyage ou un imprévu

    Si vous avez des projets à moyen terme ou que vous avez besoin d’avoir un fonds d’urgence, le CELI est une bonne option à privilégier. En fonction du type de placement CELI que vous choisissez, si ce dernier le permet, les retraits peuvent être effectués à tout moment et seront ajoutés à vos droits de cotisation au début de l’année qui suit. Si vos droits de cotisation au CELI le permettent, les montants retirés peuvent être réinvestis dans la même année.

    De plus, quand vous placez de l’argent dans un CELI, non seulement il fructifie à l’abri de l’impôt pendant la durée de l’investissement, mais vous n’aurez aussi aucun impôt à payer lors du retrait. Cependant, contrairement aux cotisations au REER, celles au CELI ne sont pas déductibles d’impôt.

  2. Complétez votre épargne-retraite tout en payant moins d’impôt

    Si vous avez atteint votre plafond de cotisation au REER, vous pouvez épargner plus en mettant de l’argent dans votre CELI. À la retraite, vous pouvez retirer des montants de votre CELI et ces retraits ne seront pas considérés comme un revenu imposable. Cela vous permettra donc d’augmenter votre revenu pour la retraite sans devoir payer plus d’impôts.

    Si vous payez peu d’impôts, vous pouvez également épargner dans votre CELI et transférer ces cotisations dans votre REER l’année où vos revenus seront dans une tranche d’imposition plus élevée, afin de maximiser vos remboursements d’impôts.

  3. Utilisez vos droits de cotisation des années précédentes

    Vous n’avez jamais cotisé à un CELI et vous vous demandez comment rattraper le temps perdu ? La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour cotiser à un CELI. Si vous êtes un résident canadien âgé de 18 ans ou plus1 et que vous n’avez jamais cotisé à un CELI, vous disposez de 69 500 $ de droits de cotisations en 2020, accumulés comme suit2 (à condition que vous ayez été âgé de 18 ans ou plus et que vous ayez été résident canadien pendant l’année en question) :

    • 5 000 $ par an pour les années 2009 à 2012
    • 5 500 $ par an pour les années 2013 et 2014
    • 10 000 $ pour l’année 2015
    • 5 500 $ par an pour les années 2016 à 2018
    • 6 000 $ par an pour les années 2019 et 2020

    Toutefois, rappelons que vos cotisations, pour toute année donnée, ne doivent pas dépasser le plafond de cotisation autorisé applicable à cette année, sinon vous devrez payer de l’impôt sur l’excédent de cotisations. Si vous dépassez 69 500 $ de cotisations dans votre CELI, le gouvernement du Canada exige des pénalités qui représentent 1 % de tout dépassement calculé chaque mois3. Pour confirmer vos droits de cotisation, n’hésitez pas à contacter l’Agence du revenu du Canada (ARC).

  4. Continuez à épargner même après 71 ans

    Contrairement au REER qui devra être liquidé ou converti en FERR au plus tard le 31 décembre de l’année au cours de laquelle vous atteindrez l’âge de 71 ans, le CELI peut être conservé même après 71 ans et vous pouvez continuer à y verser de l’argent en respectant le plafond de cotisation.

Vous vous demandez si le CELI vous convient ? Ou encore s’il serait un bon véhicule de placements pour venir compléter votre stratégie d’épargne de cette année ? N’hésitez pas à en parler avec votre conseiller, qui vous aidera à choisir les bons investissements pour que votre CELI constitue une solution optimale répondant à vos besoins.

Sources
  1. Pour ouvrir un CELI, vous devez avoir un numéro d’assurance sociale (NAS) valide. Pour en savoir plus au sujet des personnes déterminées comme étant non-résidentes du Canada pour les besoins de l’impôt et le droit d’ouvrir un CELI, nous vous invitons à consulter le site du gouvernement : https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/particuliers/sujets/compte-epargne-libre-impot/peut-ouvrir-celi.html
  2. https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/particuliers/sujets/compte-epargne-libre-impot/cotisations.html
  3. https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/formulaires-publications/publications/rc4466/guide-compte-epargne-libre-impot-celi-particuliers.html
Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Véhicule d’investissement : REER ou CELI ? À lire.

Quoi faire de son remboursement d’impôt ? À lire.

Articles populaires

Mes conseils

Entrevue conseils financiers : L'épargne, moteur de vos projets

31 octobre 2019

Ma banque 100 % Conseil

Une équipe-conseil encore plus présente

25 juin 2020

Mes outils

Bonification de l’expérience bancaire à distance

07 août 2020

Mes conseils

Cinq conseils pour ne pas payer plus que votre juste part d'impôts

13 février 2020

Mes conseils

Série hypothécaire - Devenir propriétaire : rigueur et rendement

14 mai 2020