EN
 

Ma banque 100 % Conseil • 22 avril 2020
modifié le 22 mai 2020

Le fonds d'urgence : investir dans la tranquillité d'esprit

Que l'on en possède un ou non, le fonds d'urgence est un sujet auquel il est important de réfléchir.

Rassurez-vous, remettre les choses à plus tard est un réflexe bien humain. Ainsi, pour plusieurs d’entre nous, investir dans un fonds d’urgence ne figure pas nécessairement au sommet des priorités. Nous attendons tout simplement qu’un événement survienne pour y réagir. D’une ampleur rarement égalée, la situation entourant la COVID-19 nous amène donc à réfléchir à ce que nous pouvons faire pour mieux nous préparer à de telles situations. Et l’une des solutions à privilégier est d’avoir un fonds d’urgence.

Combien y consacrer ?

La règle à suivre dans ce domaine consiste à maintenir une réserve allant de 3 à 6 mois de salaire (revenu net). Tout dépend évidemment de votre situation. Les travailleurs autonomes et les ménages à revenu unique doivent habituellement prévoir une réserve plus élevée que les personnes ayant un emploi stable ou bénéficiant d’une certaine flexibilité financière.

Par où commencer ?

Que vous ayez déjà un fonds d’urgence ou non, l’essentiel est de revenir à la base en rencontrant un conseiller qui vous aidera à établir un budget réaliste et conséquent. Si vous avez déjà accumulé des réserves, cela vous permettra de mieux les gérer en évitant de les épuiser trop rapidement. Dans le cas contraire, vous pourrez éliminer toutes dépenses superflues pour mieux entrevoir les mois à venir. Quoi qu’il en soit, les sommes ainsi épargnées pourront éventuellement être utilisées pour démarrer ou pour bonifier votre fonds d’urgence.

L’approche d’épargne périodique est à privilégier. Allez-y graduellement en faisant de petits ou de plus gros versements dans votre compte d’urgence, à fréquence régulière et, idéalement de façon automatisée. Vous serez ainsi à même de constituer un coussin plus confortable, sans y penser ou encore vous priver. Consultez cet article pour découvrir l’effet positif de l’épargne périodique.

Quelles options de placement privilégier ?

Comme la stabilité est de mise, un tel fonds devrait être partagé en deux volets avec une composante zéro risque et une seconde partie à faible risque, cette dernière visant à vous protéger contre l’inflation. Parmi les placements sans risque, un compte d’épargne différent de votre compte d’usage courant, les dépôts à terme ou les certificats de placement garanti (CPG) sont des véhicules de choix. Pour ce qui est du volet à faible risque, il est possible d’opter pour des placements conservateurs tels qu’un portefeuille de fonds communs de niveau « prudent ».

Nos conseillers sont là pour vous aider à avoir une vue d’ensemble et vous proposer des solutions sur mesure, telles que des stratégies pour la mise en place, l’utilisation judicieuse ou la reconstitution d’un fonds d’urgence. Nous sommes là pour vous accompagner, même à distance. Planifiez un rendez-vous téléphonique sans tarder.

Articles populaires

Mes conseils

Série Investissements - Véhicule d'investissement : REER ou CELI ?

18 décembre 2019

Mes conseils

Entrevue conseils financiers : L'épargne, moteur de vos projets

31 octobre 2019

Mes conseils

Comment bien vous préparer pour l'achat d'une propriété ?

11 juin 2019

Ma banque 100 % Conseil

Comment se porte votre santé financière ?

21 août 2019

Mes conseils

Série Investissements - Réorganiser vos emprunts pour les rendre déductibles d’impôt : une stratégie à explorer

14 mai 2020